Important détachement des forces de l’ordre (police) et de la gendarmerie pour étouffer la révolte des populations d’Abobodoumé qui réclament l’installation du maire élu Ehouo Jacques.

Selon des témoins, les riverains de ce quartier, notamment les Ebrier (ethnie d’où est originaire Ehouo Jacques) ont érigé des barricades pour empêcher tout mouvement dès 3h du matin ce lundi 7 janvier 2018. .

Conséquences, les quais des bateaux bus et pinasses ont fermé. La Sotra a suspendu le trafic de ses bus. Les écoles primaires et lycées ont fermé leurs portes au regard des violences entre les forces de l’ordre et manifestants.

Les travailleurs pris au piège ont rebroussé chemin car la situation ne rassure guère. Selon l’un des manifestants, ce mouvement est un avertissement au pouvoir au cas où Ehouo Jacques serait spolié de sa victoire.

La situation restait toujours tendue à 9h  malgré la présence de renforts venus sécuriser le commissariat du 37éme arrondissement d’abobodoumé. Car les forces de l’ordre craignent que ce lieu soit incendié par les manifestants.

Rappelons qu’après la victoire du candidat du Pdci Ehouo Jacques aux élections municipales du Plateau, ce dernier n’a pu être installé pour des raisons judiciaires. Car le pouvoir l’accuse de détournement de près de  6 milliards de Fcfa sous l’ère Bendjo. En l’absence de maire, le gouvernement a mis sous tutelle la mairie du Plateau en installant une délégation spéciale conduite par le préfet d’Abidjan

Dimitry Chrysostome