Ingérence/ Après Diané : Le Gabon épingle un chargé de mission du Président Ouattara

Décidément, les autorités gabonaises n’en finissent pas d’accuser des proches du Président ivoirien, Alassane Ouattara, qui auraient prêté main forte au candidat Jean Ping, lors de l’élection présidentielle qui a eu lieu au Gabon.
Après le conseiller Mamadi Diané, qui a été limogé immédiatement par le président Ouattara, deux autres Ivoiriens ont été cités par le porte-parole du président sortant Ali Bongo. Il s’agit d’un certain Jean Marc Zoé, qui serait chargé de mission à la présidence ivoirienne, et du nommé Sihifowa Yéo, un cyberactiviste qui aurait été chargé de mettre en scène le ‘’coup’’ au profit de Jean Ping.

« Nous avons dénoncé l’implication de Mamadi Diané et son limogeage par le président ivoirien est une confirmation de son implication dans le complot contre le Gabon. Nous sommes en présence d’une véritable ingérence. Nous avons des éléments clairs de ce complot international. Un Ivoirien, nommé Yéo devait travestir les résultats. Il devait prendre les données et les travestir. Ce même Yéo a indiqué travailler pour Jean Ping, à la demande de M. Jean Marc Zoé, qui lui est chargé de mission à la présidence ivoirienne », a indiqué, ce lundi 5 septembre, lors d’une conférence de presse à Libreville, Alain Bilié By Nzé, porte-parole du candidat Bongo. Propos que nous avons recueillis sur ‘’Gabon 24’’, une chaîne de télévision visiblement acquise à la cause d’Ali Bongo.

« Nous savons aujourd’hui la planification des violences, c’est ce que nous appelons le complot international contre le Gabon », a-t-il ajouté.
Toutefois, le ministre de la communication d’Ali Bongo a fait savoir qu’il n’était en train d’accuser un pays ami, mais des ressortissants d’un pays ami.

A.S.