CI: Les éditeurs de presse sollicitent l’aide de l’Etat

Le président du Groupement des éditeurs de presse (GEPCI), Patrice Yao, dans une interview accordée à pressecotedivoire.ci a retracé les difficultés auxquelles sont confrontés les éditeurs, notamment limpression. Face au coût élevé de l’impression qui il faut le souligner a connu une augmentation ces derniers mois, Patrice Yao sollicite l’aide de l’Etat, car si rien nest fait, les entreprises pourraient se voir obligé de se séparer d’une partie de leur personnel.

Vous êtes le président du Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire. Comment se portent les entreprises de presse aujourd’hui ?

Je voudrais saluer la rédaction de pressecotedivoire.ci qui nous donne l’occasion de revenir à nouveau sur les problématiques de notre secteur. Aujourd’hui, il n’est un secret pour personne que le secteur se porte aussi mal. Pour ceux qui étaient à la présentation de voeux au Président de la République à la faveur du nouvel an, le 28 janvier dernier, nous avons eu à retracer les difficultés de notre secteur à savoir la question de la distribution, de la mévente des journaux de la subvention à l’impression et le défi digital qui est aujourd’hui un défi pour l’ensemble des différentes rédactions. Certes, la situation est difficile mais ce qu,on peut constater c’est que les entreprises de presse se professionnalisent au fil des temps.

Vous avez dit que les entreprises de presse se portent mal et depuis 2018, les éditeurs à travers le Gepci se sont battus, en vain, pour que l’Etat continue de vous octroyer la subvention à l’impression. Qu’est ce qui n’a pas marché? lire la suite sur   https://www.pressecotedivoire.ci/article/1570-pressesubvention-a-limpression-patrice-yao-president-du-gepci-previent-si-rien-nest-fait-les-entreprises-vont-reduire-le-personnel