Annoncée pour le mercredi 12 décembre 2018 à Daoukro (centre ivoirien) puis reportée, la rencontre entre le président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, ex-mouvance présidentielle) Henri Konan Bédié et Guillaume Soro, a finalement eu lieu sous le regard critique des cadres et militants du parti au pouvoir (Rdr).

Chaude accolade, pas de danse, bain de foule et excellente complicité, les deux hommes ont voulu livrer un message fort au pouvoir à deux ans des présidentielles. Si officiellement cette visite s’inscrit dans le cadre d’échanges fraternels entre Bédié et son cadet, de sources concordantes, les hommes de Bédié et Soro s’activent à définir les clauses d’une plateforme commune pour contrer le Rhdp, la majorité présidentielle.

« Bédié ne cache plus sa volonté de s’allier à Guillaume Soro pour affronter le Rhdp en 2020. Il l’a réitéré dans son interview à France 24. La balle est désormais dans le camp de Guillaume Soro, qui à la vérité est voit en cette opportunité une garantie politique car en grande difficulté au sein de sa formation politique (RDR) depuis sa volonté de succéder à Alassane Ouattara », nous confie une proche de Ouattara.

Pour beaucoup d’analystes, le schéma semble clair. Soro, pourrait jouer les troubles fêtes pour diviser les voix du Rdr au 1er tour et apporter son soutien à Bédié pour terrasser le Rhdp. Des calculs qui sont biens perçus au sein de la case, d’où la volonté de Ouattara de ramener le ‘’soldat’’ Guillaume Soro dans la case.

Dimitry Chrysostome