Face aux différents reports des opérations lancées par la commission electorale indépendante, plusieurs voix des leaders de l’opposition se font entendre. Benjamin Téhé, cadre du parti de Mamadou Koulibaly donne sa position dans cet entretien.

La CEI vient  de proroger l’opération d’enrôlement sur la liste électorale jusqu’au 05 juillet. L’opposition est-elle satisfaite ?

Benjamin TEHE : (soupir !) Nous avons tous reçu cette information et prenons acte. Des voix plus autorisées au sein de mon parti feront une déclaration officielle. Cependant, il faut une fois de plus regretté non seulement l’amateurisme, l’incompétence, le désordre, et la cacophonie dont fait preuve les responsables  actuels de cette institution, mais surtout les décisions qui finissent par confirmer son inféodation au régime RDR au pouvoir.   Comment Kuibiert et son club d’amis peuvent-ils nous sortir un argument disant : « suite aux trois jours de pluie torrentielle ? ». Il faut prendre les ivoiriens au sérieux ! À cette allure, ils risquent de proroger jusqu’à la fin de la saison pluvieuse ! Je le répète, l’équipe de la CEI actuelle est totalement hors-jeu et nous mène droit dans l’œil du cyclone. Il faut urgemment confier la CEI à l’opposition ou à la société civile pour espérer avoir les élections le 31 Octobre prochain.

Pourquoi êtes vous si pessimiste ?

B.T : (rire !) c’est plutôt du réalisme et les religieux diront du prophétique. Ecoutez ! On ne peut pas changer les règles du jeu d’un match et vous donner les informations à compte goute dans les vestiaires sans que vous ne réagissiez !  C’est la situation que vit toute l’opposition actuellement. Quelle est cette élection  où le président  de la république, le gouvernement, le conseil constitutionnel, la CEI, la  justice, l’armée sont aux mains de vos adversaires politiques. Vous  sentiriez-vous en sureté ? En sécurité ?  C’est du suicide ça ! Nous remarquons finalement que le  RDR ne voulait pas organiser d’élection mais la pression de l’opposition et du peuple Ivoirien les y ont contraints. Allons-nous attendre que Coulibaly KUIBIERT nous sorte toute sa magie électorale pour comprendre qu’une mascarade doublée d’une incompétence est en gestation sous nos yeux ? Si c’est ça le pessimisme, alors je le suis.

N’est-il pas tard pour procéder à toutes ces modifications ? Renouvèlement de la CEI, renouvèlement du conseil constitutionnel, etc.

B.T : ne dit-on pas « qu’il n’est jamais tard pour bien faire ! » et que «  mieux vaut tard que jamais ! ». Vous savez ! Nous parlons de la Côte d’Ivoire. Nous parlons d’un pays qui à connu déjà des troubles liés aux élections. Les stigmates sont encore ressentes, visibles, profondes et douloureuses. La réconciliation à échoué malgré l’instauration de deux commission différentes pour travailler sur la question. Les clivages se creuses de jours en jours. La psychose monte à mesure que passe le temps. N’eut été la pandémie de coronavirus qui n’a épargne aucun pays et aucun continent, les Ivoiriens auraient quitté le pays par millier pour la sous régions ou l’extérieur pour se mettre à l’abri tellement le danger est quasi palpable. La caporalisation des médias par le RDR fait grandir le sentiment de rejet et accentue les frustrations. Les opposants ne savent plus sur quoi reposent le droit ivoirien puisque les délits sont taillés sur mesure pour chaque parti politique et organisation de la société civile. Les arrestations extrajudiciaires, les attaques de nos forces de défense par des inconnus etc. C’est tout ce cocktail explosif  qui doit interpeller le chef de l’état qui d’ailleurs n’est pas candidat, à mettre tout le système à plat et créer un climat de quiétude.  Le président à une occasion unique de rentrer dans l’histoire en nous garantissant un scrutin crédible.  Si cela n’est pas fait, nous n’aurons pas assez de larmes pour pleurer après les dégâts qui en découleront. Fasse DIEU que cela ne soit pas ainsi.

Comment se porte LIDER à quelques mois du scrutin ?  

B.T : Ecoutez ! La mobilisation est totale et grandissante du coté de la diaspora. La présidente Monique GBEKIA travail d’arrache-pied pour la mobilisation des Ivoiriens sur le territoire en vue de la victoire du candidat MAMADOU Koulibaly. Quand vous faites confiance au peuple et à sa capacité à changer le cours de l’histoire, vous êtes déterminé et galvanisé; voici l’état d’esprit de celui qui depuis des années déjà parles de son projet de société à ces concitoyens. Les reformes de LIDER sont pour les Ivoiriens une unique chance de sortir définitivement des toutes ces années de crises. La paix ne se décrète pas, elle se construit. Mais il faut un homme capable de l’instaurer avec dextérité. Mamadou Koulibaly est le meilleur choix.

Votre mot de fin ?

B.T: Je voudrais avant tout faire une proposition au prochain président de la CEI, puisque j’ai foi que Coulibaly KUIBIERT partira. Je voudrais lui demander de faire voter la diaspora une semaine avant le scrutin pour gagner en temps, éviter le stress inutile et tester déjà la fiabilité de tout son système. Cela le mettra à l’abri des propos du genre ; suite à des problèmes techniques…. Aussi, demanderais-je au Ivoiriens de rester mobiliser car c’est à ce prix que nous ferons échouer toutes les velléités de fraudes massives. La Côte d’ivoire est notre seul héritage et nous devons sans hésitation faire en sorte de le confier à un candidat mature, maitrisant la gestion des choses publiques ; un candidat qui songe à sa souveraineté, qui tient un discours de vérité et dont la présence devrait rassurer  premièrement les Ivoiriens et ensuite les investisseurs étrangers. Et cette personne est bien le professeur MAMADOU Koulibaly.

Entretien réalisée par Parfait ZIO