Et l’irréparable arrivera ! La Fédération ivoirienne de football est désormais sous tutelle. L’instance mondial du ballon a décidé d’imposer un comité de normalisation à la Côte d’Ivoire. Cette décision tombe au lendemain de la conférence de presse conjointement animée par Sam Etiassé, Directeur exécutif et Me Raux, Avocat de la Fédération ivoirienne de Football.

Selon des analystes du cuir ivoirien, les bras de fer et égos des acteurs du football ivoirien ont poussé la Fifa à prendre cette décision qui ramène la Côte d’Ivoire des années en arrière. Selon le courrier, cette décision résulte du fait que les instances dirigeantes du football ivoirien ne sont pas parvenues à organiser une procédure électorale conforme aux exigences statutaires et réglementaires applicables à toutes les associations membres de la FIFA. Toujours selon la correspondance dont nous avons reçu copie, Après plusieurs mois d’échanges avec la FIF, cet échec a été attribué à des lacunes intrinsèques au sein des processus et structures de gouvernance de la fédération, et notamment des contradictions au sein des statuts et du code électoral de la FIF qui n’ont pour le moment pas pu être résolues, et qui ont eu un impact significatif sur la procédure électorale déficiente menée à bien. Il a également été tenu compte du fait que le mandat de l’exécutif a déjà pris fin.

A en croire les autorités en charge de l’affaire à la Fifa, le mandat du comité de normalisation comprendra les tâches suivantes : gérer les affaires courantes de la FIF ; réviser partiellement les statuts et le code électoral de la FIF (lorsque nécessaire dans le contexte des élections) afin de garantir leur conformité avec les Statuts et les exigences de la FIFA, et veiller à leur adoption par l’assemblée générale de la FIF ; réviser les statuts de certaines parties prenantes ; et en dernier lieu, agir en qualité de commission électorale pour l’organisation de l’élection d’un nouveau comité exécutif de la FIF sur la base des statuts et du code électoral révisés. Le comité de normalisation se composera d’un nombre opportun de membres, qui seront désignés conjointement par la FIFA et la CAF. Tous les membres du comité de normalisation feront l’objet d’un contrôle d’éligibilité mené par la Commission de Contrôle de la FIFA, conformément au Règlement de Gouvernance de la FIFA. Le comité de normalisation œuvrant en qualité de commission électorale, aucun de ses membres ne sera éligible aux postes à pourvoir lors des élections. Son mandat expirera le 31 décembre 2021.

Parfait ZIO