Après les manifestions /Hamed Bakayoko depuis Bouaké : ‘‘Alassane Ouattara est indéboulonnable’’

Le ministre d’Etat, ministre de l’Iintérieur, de la Sécurité Hamed Bakayoko a qualifié, ce vendredi 05  août 2016, les scènes de pillages et de saccages des édifices de l’Etat de ‘‘manipulations politiciennes’’ pour des ‘‘enjeux politiques’’ adressées contre le Président Alassane Ouattara. C’était à l’occasion d’une cérémonie de pardon à la Nation et de soutien au Président Alassane Ouattara, organisée par les populations  de Bouaké (centre ivoirien).

‘‘A Bouaké, au moment où les gens ont commencé à marcher, piller et saccager, on n’avait pas encore distribué les deuxièmes factures, donc tu as cassé pour quoi ? tu n’as pas reçu de factures et c’est toi qui vas casser. Tu casses pour quoi ? Tu marches contre la CIE, tu vas casser la préfecture, le conseil régional, chez le maire. La préfecture, le conseil régional, chez le maire ont fait quoi dans la casse contre la CIE ?  Tout ça, c’est des enjeux politiques, des manipulations politiciennes. Or la politique, les vieux nous l’ont dit qu’il ne faut pas te presser. Ce que Dieu veut pour toi, il va te le donner’’, a lancé le ministre Hamed Bakayoko.

Il a fait savoir que ce genre d’actes ne saurait ébranler le Chef de l’Etat, ni mettre à mal toutes ses actions en faveur du développement de la Côte d’Ivoire car ceux qui veulent le voir croupir finiront eux-mêmes par rompre.

‘‘Les gens ont tout fait pensant que Alassane Ouattara n’allait pas être Président, mais il est là. Le Président Ouattara est indéboulonnable. Celui qui va s’amuser avec Ado, il va voir qu’il n’est pas tombé du ciel mais que c’est des hommes qui l’ont mis au monde. Respectons-nous un peu. Quand tu fais des bonnes choses, tu assumes mais quand c’est mauvais, personnes ne veut assumer. Personne ne peut dire que c’est «moi». Ils sont cachés et ils vous envoient. Après on vient nous dire que c’est tel jeune, non, venez vous-mêmes dire que c’est vous.

La politique c’est la démocratie. Le jour tu veux être député, tu vas être candidat. Si on doit te voter’ on te vote. Ce n’est pas en cassant qu’on va t’élire’, a mis en garde le ministre Hamed Bakayoko. Avant d’inviter la jeunesse à tourner le dos à ces actes qui ne les honorent pas.

‘‘On se connait, donc s’il vous plait jeunes, ne servez pas de liens à ces choses-là. Votre vitalité, on en a besoin. On a le devoir de vous aider, de vous organiser pour que vous ailez un meilleur avenir. Vous êtes des croyant, si on te dit d’aller casser, ne le faites pas. On doit vous aider à avancer. L’argent qu’on va prendre pour reconstruire, cet argent aurait pu servir pour autre chose. Chers jeunes, ne venez pas faire de la comédie devant nous en vous mettant à genoux. Mieux vaut plutôt que votre cœur soit touché. On doit s’inscrire dans des actions qui nous revalorisent. Je vous en prie, ne détruisez pas ce qui vous appartient. Tout ce qui est à Bouaké, c’est pour vous, c’est pour redonner à Bouaké son lustre d’entant. Vous êtes des croyants, d’autres vont à la mosquée, certains à l’église. Mais les valeurs qu’on vous enseigne là-bas ce n’est pas ça. Il ne faut pas être en contradiction avec ta propre vie. Et puis, la politique-là, vraiment  ça c’est le terrain de la politique’’, a indiqué le ministre Hamed Bakayoko.

HADA correspondant régional