Assoa Adou, Secrétaire Général du Front Populaire Ivoirien (FPI) tendance Laurent Gbagbo a dénoncé la situation socio-politique délétère qui prévaut sous le régime du Président Alassane Ouattara et a affirmé la volonté de son parti à œuvrer pour une réconciliation vraie, lors d’une conférence de presse le lundi 27 mai.

« Sous le régime Ouattara, les Ivoiriens vivent au quotidien dans un environnement d’insécurité, caractérisé par des agressions répétées menées par des enfants, des délinquants de la rue appelés « microbes », des bandits et autres coupeurs de route qui opèrent avec des armes de guerre. C’est le lieu de noter que, contrairement à la propagande du pourvoir, les ex-rebelles n’ont jamais désarmé et les armes circulent de manière incontrôlée sur toute l’étendue du territoire », a martelé M. Adou, fustigeant par la suite les affrontements intercommunautaires survenus à Béoumi qui ont causé la mort d’une dizaine de personnes.

Selon lui, le seul remède à ces maux qui consument à petit feu la Côte d’Ivoire demeure la réconciliation nationale qui passe par un dialogue de toutes les entités politique. Aussi affirme-t-il la volonté de son parti d’y contribuer fortement.
« Vous conviendrez avec moi que devant un tableau aussi sombre qu’inquiétant que présente l’état de la Nation, il n’y a qu’un seul remède qui convienne aujourd’hui pour redresser la situation et préserver les ivoiriens du gouffre certain dans lequel le pouvoir Ouattara veut les conduire : C’est la Réconciliation Nationale.

MYNA