Le président Alassane Ouattara compte se représenter aux élections présidentielles pour un troisième mandat. Cette situation fait surgir de nombreux observateurs de la scène politique ivoirienne. C’est le cas de Benjamin Téhé, cadre de Lider dans cette interview.

 

Le pays est plongé dans une série de deuils. Inhumation de AMADOU Gon, départ de Seydou DIARA Comment vous vivez cette situation ?

Benjamain TEHE : (triste !) écoutez ! LIDER à travers la présidente MONIQUE GBEKIA et son candidat à l’élection présidentielle MAMADOU Koulibaly a exprimé ses sincères condoléances à toutes les familles biologiques et  politiques des illustres disparues. Nous ressentons de la désolation et la tristesse. Ces deux ex-premiers ministres ont tout donné à la nation et nous respectons leur sacerdoce. Encore yako à tous les ivoiriennes et Ivoiriens.

Le deuil de AGC a cependant ravivé les tensions au sein du RDR. Quel commentaire ?

B.T : Nous respectons la mémoire de l’illustre disparu ainsi que la douleur ressentie par sa famille biologique que politique mais force est de reconnaître que les problèmes politiques que nous vivons existaient bien avant sa mort et certains lui sont imputables. Nous pouvons citer entres autres la rupture du dialogue politique avec l’opposition, la mauvaise gestion de la pandémie du Coronavirus, le conflit fratricide pour le contrôle du nord entre lui et l’ex-PAN Soro etc. Souffrez que je ne me prononce pas sur la situation interne à son parti juste par élégance politique. Cependant, le doute, les hésitations, la panique, le désordre au sommet causé par son départ brusque sont les preuves que le rdr fait du sur place. Aucune assise, aucune programmation, aucune projection, aucune préparation, aucune organisation viable et fiable. C’est d’ailleurs l’une des raisons de la volonté suicidaire de Ouattara à vouloir transgresser et violer les lois Ivoiriennes pour plaire à des adeptes qui n’ont que faire de la paix et la stabilité dans ce pays.

Etes-vous entrain de dire que le président sortant n’a pas le droit de briguer un troisième mandat ?

B.T : Même avec la constitution qu’il s’est taillé sur mesure en 2016, le Président sortant Ouattara n’a pas le droit de se présenter. Les juristes du rdr avec à leur tête le tristement célèbre ministre Cissé Bacongo ont déjà donné la preuve de l’impossibilité de leur mentor de briguer un troisième mandat. La constitution Ivoirienne est pour le rdr un livre de sorcellerie dont eux seuls peuvent en décoder le contenu. Cette manière de bafouer et violer les lois du pays depuis des décennies par le rdr laisse transparaître les intentions réelles de ce parti qui prône honteusement le « vivre ensemble ».  Les professeurs Francis Wodié, Paul YAO N’dré, Ouraga OBOU, Martin BLEOU, et tous les éminents juristes que compte ce pays peuvent témoigner de la brutalité avec laquelle notre constitution est sodomisée sous ce régime. Arrêtons d’être la risée du monde. Tantôt c’est avec la main sur le cœur qu’on promet de respecter la constitution, mais une fois au pouvoir, c’est la main sur le ventre qu’on piétine toutes les lois mêmes celles qui ont fait d’eux ce qu’ils sont.  Le sieur Bictogo peut crier et se débattre comme un beau diable, mais qu’il se prépare à rendre compte aux Ivoiriens pour toutes ces souffrances infligées. Il peut continuer ces incantations verbales pour encenser son mentor mais cela ne changera en rien la vacuité de cette démarche incongrue.

Et si malgré cela, le président sortant décidait d’être candidat ?

B.T : Ecoutez ! Chacun est responsable de ces actes sur terre et rien n’est éternel. Le président Ouattara a le choix de partir certes sans tambour ni trompette du pouvoir, soit de partir avec la plus grande honte qu’aucun chef d’Etat n’ai connu sur cette terre. Ne me demandez surtout pas comment cela se fera, mais sachez que tous les indicateurs de la situation sociale et politique sont assez révélateurs du chao auquel le mentor du rdr exposerait le pays. Nous sommes tous de passage sur terre et chacun doit tout faire pour réduire sa capacité de nuisance afin d’être pour l’humanité un catalyseur de bonheur et de bien-être.

Plusieurs responsables politiques sont malades du COVID-19. Quel commentaire.

B.T : Il faut dans un premier temps dire prompte rétablissements à ces compatriotes et qu’ils recouvrent la guérison. Mais, voyez-vous ? Les adeptes du rdr nous ont fait croire qu’ils ont construit des Centres hospitaliers partout dans le pays. Mais vous constatez avec moi que c’est de la propagande et un grossier mensonge. La preuve est là ! Rien, je bien dis rien n’a été construit en dix ans de règne.  Et si on devait croire à cette fiction, pourquoi diantre ils courent tous en Occident se faire soigner ? AHOUSSOU Jeannot est couché à BERLIN en Allemagne, les autres en France et le tous aux frais du contribuable Ivoirien. Qu’avons-nous fait pour mériter un tel sort après bientôt 60 ans d’indépendance ? Le rdr devrait avoir honte de ce triste tableau qu’offrent ces cadres face à un peuple livré à son propre sort. C’est vraiment regrettable tout ce que subit mon peuple. Nous ne voulons plus de mercenaires à la tête de ce pays raison pour laquelle nous luttons pour la victoire au soir du 31 Octobre de notre candidat le Professeur MAMADOU Koulibaly ; un Ivoirien lucide, rigoureux dans la gestion des choses publiques, cohérent, patriote, humble, qui connait son pays et les vrais besoins de ses frères et sœurs.  LIDER crois en la liberté et en la démocratie dans la vérité.

 

 

Votre mot de fin 

B.T: Ma prière est que le président Ouattara qui du reste n’est pas candidat à cette élection présidentielle fasse le toilettage de la CEI en libérant le sieur KUIBIERT actuel président de cette institution conformément aux recommandations de la cour africaine de droit de l’homme et des peuples mais aussi et surtout les juges actuels du conseil constitutionnel. Cela pourrait très vite faire retomber la température et apaiser la colère d’un peuple qui est prêt à tous les sacrifices cette année pour défendre sa dignité. Tirons les leçons du passé afin de construire l’avenir.

Interview réalisé par Franck Ebi