De retour sur sa terre natale de Diabo, après 5 ans d’exil au Ghana, l’ex-membre de la galaxie patriotique, Kouassi Ferdinand dit Watchard Kédjébo, par ailleurs président du Conseil National pour la Paix et le Progrès en Côte d’Ivoire (CNPCI) a publiquement demandé ‘‘pardon au ivoirien’’.  Il indiqué qu’il est temps pour la Côte d’Ivoire de tourner la sombre page de son histoire  pour ne préserver que les acquis de cohésion, de pardon et de tolérance. Pour lui, la paix n’a pas de prix et la réconciliation en passe par la repentance de chacun.

‘‘Il est temps que nous comprenions que nous sommes condamnés à vivre ensemble. Je demande pardon à tous ceux que j’ai pu choquer sans le savoir et sans le vouloir. Je profite de cette tribune pour encore demander pardon au Président Alassane Ouattara et toute la Côte d’Ivoire comme je l’avais déjà fait lors de mon retour d’exil le 30 juillet dernier à l’aéroport Félix Houphouët Boigny. Je me mets à la disposition de notre pays pour prôner la paix. J’ai une pensée pour toutes les victimes à qui j’adresse toute ma compassion ainsi qu’à toutes ces familles qui ont perdu un des leurs. Tous ensembles, nous devons prendre l’engagement pour que la Côte d’Ivoire ne tombe plus jamais dans ces conflits’’, a déclaré Watchard Kadjébo, lors d’une cérémonie de retrouvaille et de purification organisée en son honneur, à Diabo (centre ivoirien).

Saisissant l’occasion, Watchard Kedjebo a rendu un hommage au président Alassane Ouattara pour ses efforts inlassables en faveur de la réconciliation et de la paix. Sans toutefois oublier la ministre Mariétou Koné, ministre de la solidarité, de la cohésion sociale et de l’indemnisation des victimes, pour ses efforts en faveur du retour des exilés.  Il a dit être venu pour se mettre au service de la réconciliation, de la paix et du vivre ensemble prôné par le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara.

‘‘Nous saluons les actions de paix posées par le gouvernement du Président  Alassane Ouattara. Nous sommes venus pour apporter notre contribution à cet édifice et nous sommes venus pour aider à réussir le processus de la réconciliation nationale. Mais, une réconciliation nationale revêtue de vérité. Parce que sans vérité, il ne peut pas avoir de réconciliation vraie. Par contre, elle doit se faire dans la justice. Aujourd’hui, je voudrais marcher dans cette voie et je prône le dialogue, la tolérance, le pardon et la réconciliation. Chacun a offensé l’autre. L’heure n’est pas à la récrimination. Nous devons nous pardonner mutuellement afin de pouvoir bâtir ensemble une nation forte, envié et exemplaire. Il est temps de tourner la page de la crise. La Côte d’Ivoire est une et indivisible. Le vivre ensemble ne doit pas être seulement un slogan. Nos actes ne doivent pas être en déphasage avec nos discours. Il faut qu’il y ait une conformité entre nos discours et nos actions. Je voudrais lancer un appel à la tolérance à la paix et à l’amour. Nous pouvons résoudre nos contradictions par le dialogue comme nous l’a dit le père fondateur de la Côte d’Ivoire, Félix Houphouët Boigny. A toutes occasions, devant toutes crises, il faut recourir sans cesse au dialogue. Le dialogue est l’arme de ceux qui se mettent au-dessus des problèmes d’égaux  ’’, a indiqué l’ex-membre de la galaxie patriotique. Se disant rassuré par la volonté des autorités gouvernementales de faire en sorte que tous les exilés rentrent chez eux, en Côte d’Ivoire.

Pour finir, watchard Kedjebo a formulé le vœu de voir  se traduire en acte ‘‘la libération des prisonniers politiques’’ afin que la Côte d’Ivoire, avec à sa tête le Président Alassane Ouattara poursuit sa marche vers l’émergence, dans la cohésion et la paix durable.

HADA

Correspondant régional