10 ans de prison ferme sans circonstance atténuante, c’est le verdict prononcé par le président du jury Kouadio Koffi, hier au tribunal militaire d’Abidjan à l’encontre des deux soldats impliqués dans les attaques de Grand-Bassam du 13 mars 2016.

Les sergents Coulibaly et Touré, tous deux de la garde républicaine, ont été condamnés pour association de malfaiteurs et violation de consignes.

Quand la cupidité perd les hommes en tenue

« J’ai connu Barry Assade surnommé Sam (le présumé chauffeur des terroristes dont le vehicule a été retrouvé à Bassam) en 2015 à Dabou. Ce dernier était en classe de terminal. Un an plus tard, en novembre 2015,  alors que j’étais en panne sur la route de Dabou, Sam est venu à mon aide pour me dépanner. J’ai constaté qu’il était arrivé à bord d’un véhicule de luxe, cela m’a intrigué », a répondu le sergent Coulibaly à la question du juge de savoir comment s’est fait la rencontre entre le sergent Coulibaly et Sam. « Barry Assade dit Sam m’a montré des documents en relation avec le commerce de pétrole, du ciment et d’achat de véhicule. Quelques jours après, Sam m’a contacté, me demandant si je pouvais trouver pour lui de la Rivotril (médicament contenant de la drogue), argumentant qu’il en voulait pour faire du commerce en Algérie où ce médicament est prisé et rapporte gros. J’ai tenté de m’en procurer à la pharmacie de Sassandra où j’étais Basé, sans succès car ce médicament était vendu uniquement sur ordonnance médicale. J’ai donc mis Sam en contact avec mon ami, le sergent Touré en poste à Abidjan à la garde républicaine du plateau ».

Le soldat Touré entre en jeu

« J’ai rencontré deux fois Sam et son patron Hamza (l’un des terroristes tués dans l’attaque de Grd-Bassam selon Ange Kessy), dans la commune de Koumassi. Hamza m’a demandé s’il pouvait avoir plusieurs cartons de revotril (…). Après quelques minutes d’échanges, il est parti avec son chauffeur (Sam) sans aucune réponse jusqu’aujourd’hui.

Appelé à comparaître en qualité de témoin, Sam a affirmé que son patron Hamza n’avait aucune confiance en Touré. Car il était persuadé que le soldat allait prendre l’argent sans livrer la marchandise et qu’il n’avait aucun moyen de pression.

Une information confirmée par le sergent Touré qui a déclaré : « je voulais juste récupérer l’argent car je savais qu’on ne pouvait pas trouver facilement ce produit surtout en quantité. »

Du mercure demandé aux soldats pour un enrichissement illicite

« Dans le mois de février 2016, Sam accompagné d’un de ses amis m’a demandé si je pouvais avoir du mercure pour appliquer sur des papiers blancs, pour en faire des billets de banque. J’ai répondu que je ne pouvais pas trouver ce produit et que rien ne prouve que ces papiers rames étaient de l’argent.»

A la question de savoir comment Sam a été arrêté, le sergent Coulibaly a répondu : «  la Direction de surveillance du territoire (Dst) m’a demandé de coopérer pour mettre la main sur Sam. C’est ce que j’ai fait en tendant un piège à ce dernier à Koumassi où il a été pris.»

Ange Kessy enfonce les deux soldats

Lors de son plaidoyer, le commissaire du gouvernement s’est dit choquer par l’attitude des militaires, qui, ont préféré se tairent par esprit de cupidité.

« Comment des militaires peuvent être aussi avides d’argent Jusqu’à contribuer implicitement aux attaques meurtrières de Grd-Bassam. On pouvait empêcher cette barbarie si les deux militaires avaient dénoncé Hamza et Sam. Cette attitude ne mérite donc aucune circonstance atténuante. C’est pourquoi, nous réclamons une peine de 10 ans de prison ferme », a demandé Ange Kessy.

Pour les Avocats de la Défense, le tribunal militaire est incompétent pour juger cette affaire qui relève selon eux du tribunal de droit commun. « Il n’y a aucune preuve matérielle qui indique que nos clients ont été associés à un projet d’attaque. En plus comment condamné ces vaillants soldats quand Sam, le principal suspect  n’est pas encore jugé donc présumé innocent jusqu’à ce jour. C’est pourquoi nous demandons que nos clients soient libérés pour retrouver leurs familles respectives », a plaidé Mr Gohi Bi.

Le verdict de 10 ans de prison pour les deux soldats est tombé hier à 22h. Rappelons que la ville de Grand-Bassam a été attaquée par des terroristes le dimanche 13 mars 2016 faisant plusieurs morts.

Dimitry Chrysostome