Côte d’Ivoire : Les chenilles menacent l’économie ivoirienne

La Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial de cacao. Environ 1,7 million de tonnes de fèves par an, soit plus du tiers de la récolte mondiale. Tout accident de production est donc susceptible d’avoir un impact sur les cours mondiaux.

Depuis plusieurs années, une maladie, le swollen shoot, tue l’économie cacaoyère. Le sud-est de la Côte d’Ivoire est attaqué par des chenilles vecteurs de cette maladie qui se propagent très rapidement.

Selon Yao dina président des producteurs de cacao, ces chenilles ont fait leur apparition vers la première semaine du mois de juin 2016 dans les départements d’Abengourou, Divo, Gagnoa, Yamoussoukro. A  ce jour plus de 20.941 hectares sont infectés. C’est une catastrophe naturelle, le phénomène est symptomatique de la culture ivoirienne cacaoyère.

Pour un chercheur, cette catastrophe est due à un changement écologique induit par une déforestation massive. « Il faut arrêter de détruire et bruler les arbres cela conduit à un changement climatique, c’est une bombe à retardement » dit-il.

Le niveau de production des planteurs est en souffrance, cela se constate à travers les dits de Yao Dina « dans le mois d’août, les récoltes devaient se faire pour que les planteurs assurent la rentrée scolaire de leurs enfants ». Il estime également que les autorités doivent venir en aide à ces planteurs afin d’assurer l’éducation scolaire de leurs enfants.

Les autorités de la filière cacao sont intervenues pour endiguer ce fléau  mais les planteurs sont toujours inquiets, la question reste à savoir si le mal a été éradiqué puisque la reproduction de ces insectes s’est fait à une échelle de vitesse croissante. Si des solutions véritables ne sont pas trouvées pour mettre un terme à cette catastrophe naturelle, l’économie de la Côte d’Ivoire risque d’être en difficulté. Un fait qui inéluctablement jouera sur la production mondiale.

Emeraude ASSAH