Enseignant dans l’enseignement technique et dans de grandes écoles, G.S n’est pas du tout content de l’organisation des examens en Côte d’Ivoire avec son corollaire de fraude à grande échelle.

C’est tout irrité que cet enseignant a joint la rédaction de pressecotedivoire.ci pour crier son ras-le-bol et attirer par la même occasion l’attention de l’autorité sur ce fait qui le ronge.

« C’est la fraude constatée au cours des examens qui m’irrite », a dit d’entrée de jeu, G.S pour qui 80 à 90 % de réussite aux examens sont du fait des téléphones portables. Poursuivant, il a ajouté que cette fraude s’étend du Baccalauréat (BAC) au Brevet de technicien supérieur (BTS).

Le mode opératoire
La fraude commence devant les centres d’examen malgré la présence des forces de l’ordre.
« Devant les centres d’examen, se trouvent des policiers. Mais, quand l’élève arrive, il donne de l’argent aux policiers pour qu’ils le laissent entrer avec les téléphones portables », soutien l’enseignant.

Pour les centres où la fouille se fait à l’aide d’appareils détecteurs de métaux, les élèves ne manquent pas d’imagination. « Monsieur, nous, on met notre téléphone en -mode avion-« , a-t-il révélé, rapportant les propos d’un élève. lire la suite sur ici