La campagne électorale de la Fédération ivoirienne de football (Fif) bat son plein. Georges Armand Yao, l’un des membres du staff du candidat Sory Diabaté a fait un grand déballage devant la presse sportive lors d’une conférence de presse virtuelle organisée sur la plateforme de l’Edpsci.

A combien peut-on estimer le projet du candidat Sory Dibaté et comment compte-t-il mobiliser les fonds ?

Le budget d’équilibre en recettes et dépenses est estimé à 48 milliards Fcfa. Il a prévu trois grands postes pour les recettes. A savoir, 20 milliards au titre des droits TV, partenariats et sponsoring, 28 milliards de subventions (Etat de Côte d’Ivoire, parafiscalité, Fifa et Caf).

Quelle est la structuration du budget actuel de la Fif ?

C’est la même structure en termes de grandes postes. Nous n’avons pas créé de nouvelles lignes budgétaires. Mais nous prévoyons un accroissement sur ces postes. Sur les subventions par exemple, il y a 4 milliards pour 2 Can et 4 milliards pour la coupe du Monde. Sur le sponsoring on prévoit de mettre en place un club des sponsors pour mutualiser leurs efforts. Pour les droits TV on prévoit un maintien du montant actuel.

Quel sera le plan budgétaire dédié à chaque division et les ligues amateurs ?

Il faut dire que l’ensemble des ligues et divisions seront concernés par ce budget aussi bien en terme de subvention et financement de compétitions et de fonctionnement. En ce qui concerne les subventions, on aura un accroissement de subvention pour chaque club en ligue 1 ligue 2 D3 et D2 et aussi ligue 1 foot féminin. En ce qui concerne la ligue 1 on a un accroissement de la subvention de 25 millions par club qui passe de 75 millions à 100 millions Fcfa. Sur les clubs de Ligue 2 on a accroissement de 25 millions la subvention va être multiplié par deux donc passera à 50 millions Fcfa. En D3 on aura un accroissement de 15 millions Fcfa elle passera désormais à 30 millions Fcfa. Sur la Ligue 1 foot féminin on passera de 2,5 millions à 5 millions Fcfa. C’est la partie des financements et subventions des clubs. En ce qui concerne les ligues régionales, nous avons prévu d’équiper et d’aider les Ligues régionales dans leur fonctionnement à hauteur de 520 millions sur les 4 ans.

On sait que le projet de votre candidat comprend 11 points. Quel est le point qui aura la grosse part du budget et le point qui aura la plus petite part du budget de l’année ?

Le budget s’équilibre à hauteur de 48 milliards Fcfa et trois grands postes pour les recettes. A savoir, 20 milliards au titre des droits TV (Partenariat et sponsoring) et 28 milliards au titre des subventions. Et 100 millions Fcfa de recettes diverses. Ce qui nous ramène à 12 milliards de Fcfa sur la période 4 ans. Les emplois prévisionnels de notre candidat sont subdivisés en 4 grands postes. Le premier concerne les subventions et financements à hauteur de 18 milliards qui comprend 39% du budget. Le second poste concerne les compétitions qui s’élèvent à hauteur de 13 milliards Cfa. Et représente 28% du budget. Le troisième poste c’est le fonctionnement (11 milliards Fcaf) donc 20% du budget. Le dernier poste ce sont les infrastructures à hauteur de 6 millairds Fcfa. Donc 13 % du budget.

Avez-vous de nouveaux sponsors prêts à vous accompagner ?

En ce qui concerne le volet sponsoring, nous prévoyons mettre en place un club de sponsors. On va réunir un certains nombres de sponsors qui vont s’engager à accompagner la Fif dans l’ensemble de ses activités. Il aura des sponsors qui seront spécialisés sur certaines compétitions. Comme la coupe nationale, coupe de la ligue etc…

Avec la crise du Covid-19 n’avez-vous pas d’appréhension quant à la faisabilité du budget ?

On a pensé aux effets que pourraient avoir des risques inattendus dans l’exécution de notre budget. Raison pour laquelle je qualifie notre budget de conservateur c’est a dire que nous essayons d’être à des niveaux minimum de mobilisation de ressources et d’exécution du budget que nous avons prévu. Aujourd’hui on parle du budget de la prochaine mandature de 2021-2024. Nous avons au sein de notre équipe un ensemble d’expert qui réfléchisse à plusieurs scenarios sur la mise en œuvre de l’exécution de notre budget.

Certains observateurs disent que vous misez plus sur l’apport de l’Etat, la Caf et la Fifa que celui des sponsors dont l’apport semble être faible dans le budget par rapport à ces institutions. Quel commentaire faites-vous ?

Au contraire notre budget en termes de droit et subvention s’appuie beaucoup sur l’accroissement de ressources provenant des sponsors comme je l’ai dit tant tôt. Nous allons mettre en place un certains nombres d’actions qui vont attirer les sponsors. Quand vous avez une ligue jeune avec 160 équipes, c’est un espace pour des sponsors. Quand vous avez de nouvelles infrastructures au niveau d’Ebimpé et beaucoup autres espaces qui peuvent attirer les sponsors. Nous travaillons à mettre en place un sponsoring beaucoup plus fort.

Quelle politique pour que les joueurs bénéficient d’un meilleur traitement salarial par les clubs. Et quel dispositif pour une protection du respect des droits des joueurs et des entraineurs ?

En ce qui concerne le traitement salarial des joueurs aujourd’hui la Fif a mis en place un cahier de charge pour l’ensemble des clubs qui sont engagés dans ses compétitions. Nous avons à cœur de mettre en place un contrôle de gestion qui aura pour objectif de travailler avec ces clubs pour s’assurer que l’ensemble des obligations du cahier de charge sont respectés. En debut de saison, la commission en charge du contrôle de gestion va travailler avec l’ensemble des clubs pour voir comment arrivent à respecter leur équilibre budgétaire en terme de subvention de la Fif etc… nous allons leur donner des moyens qui comportent un kit de gestion (Gestion financière, contrôle de gestion, droit associative). Tout ceci pour améliorer les capacités des dirigeants de sorte à ce qu’on puisse avoir des clubs forts. Le dispositif mis en place pour respecter le droit des joueurs et des entraineurs est déjà prévue dans les cahiers de charges. Notre objectif c’est de faire en sorte que ces cahiers de charges soient respectés. C’est vrai qu’on va subventionner les clubs, mais ils seront également audités. C’est en cela que nous prévoyons la formation des dirigeants et l’ensemble des acteurs du football ivoirien à une meilleure gestion.

La construction des 4 stades synthétique des villes de l’intérieur sera financée par quelles structures ?

Le financement se fera par le projet Fifa forward.

Les 5 terrains d’entrainements à Ebimpé seront-ils loués au club ou vendu ?

Il y a deux types de terrains d’entrainement prévus dans le programme. Dans la partie subvention nous prévoyons une subvention de 200 millions Fcfa annuelle c’est-à-dire 800 millions pour la periode. Pour les clubs qui ne sont pas à Abidjan et qui ont réussi à avoir des accords avec collectivités locales nous prévoyons de les subventionner à hauteur de 200 millions Fcfa pour les aider.

Vous avez évalué les raisons pour lesquelles le candidat à la candidature à la présidence de la Fif, vice-président du comité exécutif et homme d’orchestre de la mandature Sidy, n’a jamais implémenté les solutions que vous exposez maintenant ?

Je m’entendais forcement à cette question. Dans toutes les organisations au monde il y a la notion de remise en question et d’amélioration

Et cela fait partie intégrante d’une organisation. Etant l’homme à l’intérieur du système, notre candidat Sory Diabaté a vu certains nombres de choses et a décidé à travers ce nouveau programme de les corriger. C’est pourquoi il y a de nouvelles compétences et des nouvelles personnes qui intègrent l’équipe. Il y a une nouvelle façon de réfléchir aux sujets qui vont permettre d’améliorer les choses.

Entretien retranscrit par Parfait ZIO