Interview/ Gouali Dodo Basile ( membre du bureau politique Pdci): « Bédié est le candidat légitime du Pdci pour 2020 »

Gouali Dodo Basile, délégué départemental PDCI-RDA de Vavoua1, membre du bureau politique du Pdci et candidat à l’investiture du candidat pdci en 2019 pour les présidentielles de 2020, livre des secrets sur les ambitions de Bédié et charge les cadres dissidents ainsi que leurs soutiens.

 De plus en plus le Pdci votre parti donne de la voix au parlement sur plusieurs questions. Est-ce le symbole de la rupture entre alliés?

Il est clair que les choses ont évolué au sein de l’Assemblée nationale. Le Pdci n’est plus lié aux autres partis politiques. Nous avons pris notre envole pour le bonheur de tous les Ivoiriens. Le Pdci est un parti responsable qui a pris son destin en main afin de répondre à l’aspiration de tous les Ivoiriens en 2020 .

Mais  plusieurs cadres ont quitté le Pdci pour se rallier au Rhdp ?

Vous parlez de quel ralliement? Il y a juste des cadres qui veulent sauver leur poste  c’est tout. Les initiateurs du Rhdp devaient comprendre qu’ils sont entrain d’être dupés. Car beaucoup reviendront à la maison en 2020 comme ils l’ont fait sous le régime Gbagbo.

Mais le ministre Danho Paulin est désormais le porte-parole du Rhdp et Adjoumani très virulent contre Bédié ?

Danho Paulin et Adjoumani ne font pas le PDCI. Un cadre peu partir  mais il ne part pas avec les militants. Au temps de Gbagbo beaucoup ont travaillé avec lui mais ces derniers sont revenus à la maison le moment venu. L’essentielle, les  militants du Pdci sont là et font corps avec Bédié. Ce n’est pas parce que certains des nôtres ont décidé de se fourvoyer qu’ont va perdre la vision de la reconquête du pouvoir en 2020. Bédié a déjà annoncé la création d’une plate-forme avec le vrai PIT, MFA, FPI. Ce qui signifie que le Rhdp est une coquille vide.

Mais beaucoup craignent que ces cadres Pdci  battent campagne contre le parti en 2020 ?

Citez-moi ces cadres. On peut les compter des doigts. Au temps de Laurent Gbagbo certains ont quitté la maison. J’ose croire qu’ils n’auront pas honte de battre campagne contre le Pdci qui les a faits. Aux militants du Pdci, qu’ils comprennent que c’est normal qu’il ait des sons discordants cela témoignent de la vitalité du parti.

Des ministres PDCI ont crée un mouvement pour dire non à la rupture. Votre commentaire.

C’est un mouvement opportuniste d’équilibristes qui se battent pour la disparition du PDCI. On ne peut pas se réclamer Rhdp de la tête aux pieds et se ridiculiser ainsi en s’adonnant à un tel cirque. Ce mouvement opportuniste mourra de sa belle mort.

Vous êtes toujours candidat à l’investiture du candidat du Pdci en 2020 lors de la convention ?

Je suis un militant engagé qui a été le premier à se déclarer candidat.  Mais il est bon de rappeler que Bédié est et reste le candidat légitime du parti. Pour l’heure nous travaillons à l’accompagner dans sa volonté de redonner le pouvoir au Pdci en 2020.

Mais on entend plus parler de Billon de Thierry Tanoh pour la succession de Bédié ?

La Côte d’Ivoire sort d’une crise sans précédente et le grand ouest à payer un lourd tribut. Je crois qu’on n’est pas candidat pour être candidat.  Ma candidature répond à une stratégie politique car je suis aujourd’hui le meilleur cheval pour accompagner Bédié pour la reconquête du pouvoir car j’ai le soutien de tout l’ouest du pays. Qui mieux que moi peut ratisser large dans cette zone où le Pdci a perdu du terrain. Soyons réalistes.

Vous avez les moyens de diriger la Côte d’Ivoire ?

Je suis physiquement et intellectuellement prêt pour diriger la Côte d’Ivoire avec l’onction de Bédié. Je dirigerai la Côte d’Ivoire avec les ressources du pays mais dans la transparence. Car il faut rompre avec la mauvaise gouvernance pour que les Ivoiriens vivent en toute quiétude.

Est-ce à dire que vous serez candidat contre Bédié ?

Je veux être clair, Bédié est le candidat légitime du parti. Je suis de ceux qui sont prêts à l’accompagner s’il le veut car pour moi Bédié est l’un des seuls à pouvoir réconcilier les ivoiriens aux regards des sacrifices qu’il a consenti pour la préservation de la paix durant des années.

Mais beaucoup pensent qu’ils devaient prendre sa retraire et laisser la place à une nouvelle génération ?

La Constitution permet à Bédié d’être candidat car tous les verrous ont sauté donc je ne comprends pas pourquoi certains veulent empêcher Bédié d’être candidat. Vouloir écarter Bédié est anticonstitutionnelle. La Côte d’Ivoire vit une situation particulière et je crois qu’il faut un sage pour redresser ce pays c’est pourquoi je suis prêt à m’éclipser face à Bédié.

Mais est-ce qu’il n’est pas temps de tourner la page du trio Bédié-Ouattara-Gbagbo ?

Pourquoi vouloir écarter Bédié alors que rien ne l’empêche d’être candidat ? Evitons les débats stériles.  Que celui qui veut être candidat le soit. Que chacun pose les problèmes dans son parti. Bédié a le soutien des militants et il est le candidat idéal pour 2020. Ce n’est pas un secret de dire qu’il sera notre candidat car c’est l’aspiration de tous les militants. C’est pourquoi je suis confiant pour 2020 car une paire Bédié-Gouali Dodo est le gage d’une victoire.

Vous êtes l’un des cadres du Pdci à réclamer la libération de Laurent Gbagbo. Pourquoi ?

Son emprisonnement à la Haye est une grave erreur commise par le pouvoir. La Côte d’Ivoire a besoin de son retour pour la réconciliation. C’est avec le cœur que nous demandons sa libération. Maintenant s’il y a des personnes qui le réclament avec hypocrisie cela  n’engage que ces derniers.

Beaucoup craignent pour 2020 avec la rupture Ouattara-Soro. Quelle analyse politique faites-vous ?

Le combat de 2020 doit être celui de la réconciliation. Il faut éviter de semer les graines d’une crise post-électorale en 2020. Il n’y a aucun souci à avoir plusieurs candidats en 2020 si on tient des discours de paix et de réconciliation.

Interview réalisée par Dimitry Chrysostome