100 morts, plus de 4000 blessés, c’est l’effroyable bilan provisoire publié mercredi par la croix rouge, au lendemain d’une double explosion survenue au port de la capitale libanaise Beyrouth.
Mardi en fin d’après-midi, deux déflagrations ont été entendue dans la zone portuaire de la ville, provocant des incendies. Des corps gisant au sol, des personnes blessées désorientées. Des maisons soufflées, des immeubles effondrés la puissance des explosions offrent un spectacle apocalyptique, plongeant Beyrouth dans le chaos, selon plusieurs témoins.
Même si les circonstances de ce drame n’ont pas été encore élucidées, les autorités libanaises avancent la thèse d’un accident lié à la présence de 2 750 tonnes de nitrate d’ammonium, composé hautement explosif, stockés depuis 6 ans dans un entrepôt du port.
Trois jours de deuil national ont été décrétés et le Premier ministre a promis que toute la lumière sera faite pour situer les responsabilités.

MYNA