Réunis au siège de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) le jeudi 12 mars 2020,  les acteurs de la lutte anti-tabac ont décidé d’intensifier la surveillance de l’industrie du tabac connue pour ses ingérences dans la lutte anti-tabac.

Pour le Directeur Coordonnateur du Programme National de Lutte contre le Tabagisme, l’Alcoolisme et les autres Addictions (PNLTA), l’adoption et la promulgation de la loi anti-tabac fin 2019 est une victoire. Cependant, il faut maintenant vulgariser cette loi.

« Après un long combat mené par tous les acteurs, la Côte d’Ivoire dispose aujourd’hui d’une loi  pour encadrer la lutte. Maintenant, il revient aux différents acteurs de la lutte anti-tabac de faire connaitre cette loi aux populations pour éviter que cette loi ne reste à l’étape de loi. Aussi, il faut des actions coordonnées avec l’appui du PNLTA pour déjouer les pièges de l’industrie du Tabac surtout que la loi adoptée  par les députés et approuvée par le chef de l’Etat limite considérablement les activités des firmes du tabac et protège la population », a indiqué Docteur Zoutoua Ernest, Directeur Coordonnateur du PNLTA.

Pour le président du Réseau des Communicateurs pour la Lutte contre le Tabagisme en milieu Scolaire et Universitaire (RECLTASU), tous les canaux doivent être utilisés pour la vulgarisation de cette loi.

« Cette lutte est la nôtre car c’est l’avenir de la Côte d’Ivoire qui est en danger quand on sait que 5000 personnes meurent chaque année du faite du tabac en Côte d’Ivoire. C’est pourquoi le RECLTASU s’engage résolution à la promotion de cette loi pour freiner l’expansion de l’industrie du tabac, sauver des vies et éviter l’enrôlement de nouveaux fumeurs. Tous les nouveaux canaux de communications surtout numériques seront exploités », a rassuré Agoutsi Dimitri, président du RECLTASU.

A en croire Tall Lacina, président du comité universitaire Unesco-Côte d’Ivoire pour la lutte contre la drogue et les autres pandémies (ONG CLUCOD), organisateur de cette rencontre,  en dehors du dispositif juridique renforcé qui encadre la lutte désormais, il faut mettre le cap sur  la surveillance des actions de l’industrie du tabac.

« Ne nous leurrons pas, l’industrie du tabac ne va pas abdiquer devant une loi quand on sait le chiffre d’affaire important qu’elle fait. Les industriels travaillent à contourner les lois et les décrets, donc  à nous de prendre nos dispositions en travaillant à dénoncer toutes actions de l’industrie du tabac qui met à mal la lutte », a souhaité Tall Lacina, par ailleurs  président du Conseil d’Administration du Réseau des Ong actives contre le Tabac en Côte d’Ivoire, Réseau des ONG Actives pour le Contrôle du Tabac en Côte d’Ivoire ( Rotca-CI).

Chief Dadi