La Cédéao donne jusqu’au 15 septembre à la junte malienne pour désigner un président et un Premier ministre de transition, exigeant que ces deux personnalités soient des civils, à l’issue du 57e sommet qui s’est ouvert ce lundi à Niamey.

A l’ouverture du sommet, le Président Mahamadou Issoufou du Niger a souhaité que la transition dure 12 mois, exhortant les nouveaux tenant du pouvoir à aider les membres de la CEDEAO à sortir le Mali de la crise qu’elle traverse,

« Il est du devoir de notre communauté d’assister les Maliens en vue d’un rétablissement rapide de toutes les institutions démocratiques. La junte militaire doit nous aider à aider le Mali », a-t-il affirmé.
En attendant l’application de cette recommandation par la junte, il a été décidé du maintien des sanctions contre le Mali.

Ce Sommet ordinaire s’est soldé par l’élection du nouveau Président de l’organisation. Ainsi, le Président du Ghana Nana Akufo-Addo a été porté à la tête de la CEDEAO par ses pairs. Il succède ainsi au nigérien Mahamadou Issoufou.

MYNA