Le Président de la République, Alassane Ouattara et son allié, le président Henri Konan Bédié se sont parlé ce lundi après midi. Pour plusieurs observateurs, cette rencontre a sûrement permis aux deux hommes de verrouiller tout avant la dernière ligne droite relative à l’adoption du projet de référendum. Car les deux alliés devront jouer serrer pour faire sauter les verrous relatifs à la limitation du mandat présidentielle et à l’âge des candidats à la magistrature suprême. Aussi de l’avis des analystes, le poste de vice-président contenu dans la prochaine loi fondamentale a été certainement au cœur des débats car le Pdci de Bédié ne compte pas perdre cette place au profit du Rdr, le parti au pouvoir. D’où les consultations permanentes entre les deux hommes. On peut l’affirmer sans se tromper que Alassane et Bédié manœuvrent fort pour boucler la nouvelle Constitution.

A en croire le chef de l’Etat, Alassane Ouattara, cette rencontre lui donne l’occasion de  prendre des conseils auprès de son aîné avant les prochaines étapes qui devront aboutir au référendum. Aussi ce dernier a réaffirmé à Bédié sa volonté d’organiser le référendum d’ici fin octobre 2016.

Concernant les critiques de l’opposition dirigée par Affi N’Gussan, le président statutaire du Front populaire ivoirien aussi patron de Alliance des forces démocratiques, le chef de l’Etat a affirmé être surpris par l’attitude d’Affi N’Guessan signataire des accords de Marcoussis. Cependant le chef de l’Etat a reconnu la nécessité de poursuivre le dialogue politique.

Selon le comité d’experts, l’avant projet de la Constitution comporte 184 articles repartis dans 16 titres et 50 chapitres avec des innovations. Cet avant projet s’est inspiré des modèles de certains pays Européens, Africains et Américains et de la Constitution de 2000, à en croire le comité d’experts. Rappelons que l’avant projet de Constitution sera soumis à l’examen du Gouvernement le 28 septembre, avant son examen par le Parlement le 5 octobre 2016.

Si dans le camp au pouvoir on met les bouchées doubles pour la victoire du ‘’Oui’’ au soir du référendum, du côté de l’opposition toutes tendances confondues, on s’organise pour faire plier le chef de l’Etat et empêcher la tenue de cette consultation nationale.

Dimitry Chrysostome