Invité spécial de la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) à l’occasion de l’ouverture de la saison 2019-2020, Patrick Mboma, ancien international camerounais a livré quelques secrets de son succès en club et en équipe nationale de son pays. Des confidences qu’il veut partager aux footballeurs locaux de Côte d’Ivoire. La conférence de presse a eu lieu ce mardi 6 Août 2019 au siège de la FIF.

 

A Abidjan pour un séjour du 5 au 8 Août 2019, Patrick Mboma assistera et donnera même le coup d’envoi de la Super Coupe Félix Houphouët-Boigny qui oppose la SOA au FC San Pedro. Une rencontre qui marquera l’ouverture de la saison en Côte d’Ivoire. Au delà de cet enjeu, l’ancien international camerounais, deux fois champion de la CAN en 2000 et 2002, fait échos de sa riche carrière de footballeur international. L’invité de la FIF veut faire de son passage un relais éducatif pour inspirer les footballeurs locaux. « La grande différence entre le football professionnel et le football amateur, c’est l’application qu’on met dans son travail. Parfois, en professionnel, on n’y met pas tout. L’état d’esprit est très important. Il faut mettre en avant l’état d’esprit. Le professionnalisme, c’est dans la tête. Il faut avoir de bonnes attitudes. Il faut éviter d’être en retard aux entrainements. Il faut éviter de mauvais comportements», a-t-il confié.

Ambassadeur dans la lutte contre le braconnage des Eléphants depuis 2013, Patrick Mboma est pour une meilleure structuration des clubs en Afrique. Pour lui, on ne peut pas exploser comme il l’a été de 1990 à 2005 si on manque d’infrastructures et d’organisation. Il a illustré ses propos par la situation du football local au Cameroun. « Le travail local est délaissé. On ne sait pas quand on commence et quand on fini le championnat. Si on n’est pas conscient de bien structurer le championnat, on ne peut pérenniser les acquis. Il faut revenir à une meilleure structuration du football local. Et il y a un combat à mener. Pour la prochaine CAN, le Cameroun est en retard sur les infrastructures », a-t-il indiqué en souhaitant que la Côte d’Ivoire n’en fasse pas pareil.

Sur la question se rapportant au CHAN, Patrick Mboma, Consultant à Canal+ a soutenu que le CHAN est « une belle initiative, une belle vitrine. Mais elle attire moins. Elle mérite une meilleure exposition».

Patrick Mboma est revenu sur les temps forts de sa carrière. Notamment le 30 septembre 2000 à Sidney lors de la finale de football remportée par le Cameroun devant l’Espagne (2-2, Tab : 5-3). « Cette finale m’a donné de la joie », a confié le ballon d’or africain de 2000. Sa grande tristesse vient de l’élimination du Cameroun lors de la dernière manche qualificative du Mondial 2006.

 

Parfait ZIO avec Sercom