L’un des proches collaborateurs d’Alassane Ouattara qui a rejoint l’opposition lui a demandé pardon dans une lettre publiée sur sa page facebook ce lundi.
« En ce début d’année 2021, après de longs mois de joutes oratoires politiques, alors que la pandémie de la covid-19 continue de sévir et que nous devons redoubler de prudence, il est impérieux de faire le bilan de l’année écoulée.
Il est temps de mettre de côté nos querelles, nos ressentiments, nos intérêts personnels et d’apaiser le climat politique.
Seul notre devoir envers notre pays et l’avenir de nos concitoyens doit nous préoccuper », a déclaré d’entrée de jeu l’ancien Ministre des Affaires Etrangères.
Marcel Amon Tanoh a reconnu n’avoir pas été fidèle au Président ivoirien et a regretté sa sortie du 10 octobre 2020, où il avait critiqué vertement son troisième mandat et l’avait traité de « dictateur ».
« J’ai conscience d’avoir profondément heurté le Chef de l’Etat, à qui je tiens à présenter publiquement mes sincères excuses, et à exprimer mes regrets aux ivoiriens. », a-t-il dit.
Marcel Amon Tanoh a aussi réaffirmé sa loyauté à M. Ouattara qu’il a toujours soutenu même dans les périodes sombres de son destin politique.
« Cependant, je tiens à rappeler que dès 1993, il y a de cela 28 ans, quelques mois avant le décès du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY, j’ai pris fait et cause pour Monsieur Alassane OUATTARA, alors qu’il était Premier Ministre et que beaucoup considéraient déjà qu’il n’était plus fréquentable », a-t-il expliqué.

MYNA