Le numéro 1 du parti de Mamadou Koulibaly en Allemagne et Autriche a tenu à afficher clairement son point de vue sur la situation politique actuelle en Côte d’Ivoire. Dans cette interview, Benjamin Téhé estime que le professeur Mamadou Koulibaly est l’homme de la situation.

 

 

Comment se porte LIDER Allemagne et Autriche ?

Benjamin Téhé : LIDER Allemagne se porte très bien et nous remercions les Ivoiriens  de la diaspora qui ont compris le sens du message du projet de société de notre parti et qui y adhèrent sans bruits. Je voudrai profiter de votre tribune pour féliciter toute l’équipe autour de moi qui travail sans relâche pour que le rêve des Ivoiriens se réalise au soir du 31 Octobre 2020, à savoir Mamadou Koulibaly président de la république.

Votre regard sur la situation socio-politique actuelle ?

B.T : la Côte d’Ivoire notre pays souffre d’un mal qu’on appelle   «l’Houffouetisme ». C’est un mal dont souffrent les héritiers du premier président de ce pays. Ce mal est contagieux et très mortel. Depuis le décès du premier président, nous ne savons pas qu’est-ce qu’il a laissé en héritage à ces enfants politiques mais ils ne font que s’entredéchirer et entrainent tous les Ivoiriens dans cette guerre. De 1993 jusqu’en 2020, il est impossible de retrouver  la quiétude à cause d’eux. Le comble dans cette histoire est la découverte d’un vaste réseau de fauteur de trouble. Figurez-vous,  les jardiniers, les coursiers, les hommes et femmes de ménages, les vigiles, et même le notaire (la France) de ces héritiers sont dans cette bataille et souffrent de ce mal. Quand vous n’êtes pas membre de cette confrérie, de ce cercle familiale que vous accédez au pouvoir par miracle, vous êtes combattus par tous ceux que je viens de citer. Le président Laurent GBAGBO en a été victime. Gloire à Dieu il en est sorti vivant. Quand certains sont à la recherche de ces traces, d’autres invoquent sont esprit. Veulent-ils faire nous des zombis ? Jusqu’à quand ces archéologues politiques cesseront de nous distraire ?  Mais diantre, nous ne sommes pas dans un royaume. Nous sommes plus de 25 millions d’Ivoiriens à ce jour et si chacun devait revendiquer sa part d’héritage de cette manière, ce pays n’existerait plus. Nous respectons la mémoire du premier président de ce pays mais que ces héritiers arrêtent de jouer avec la vie des Ivoiriens.  La Côte d’ivoire a plus que jamais besoin d’un fils digne pour construire cette République, cet Etat, cette Nation. Un fils rigoureux, intègre, patriote,  pratique, pragmatique dont les propositions politiques et le projet de société tiennent compte des aspirations des populations Ivoiriennes. Un fils qui inspire confiance et qui ne va pas vendre les richesses de ce pays pour son intérêt ou celui de son clan, sa secte ou son parti politique. Un fils qui ne viendra pas se venger des Ivoiriens, mais viendra mettre la justice au service du peuple. Un fils qui n’est héritier que d’une famille modeste et dont les prétentions ne causeront aucun préjudice au peuple Ivoirien.  Un fils qui va mettre le pays au travail et redonner à la Côte d’ivoire ces lettres de noblesse. Le professeur Mamadou Koulibaly est l’homme idéal au-delà de toutes les considérations. Autour de Koulibaly, il y a des Ivoiriens tout court. LIDER à l’avantage de ne pas être un parti tribal, régional, ethnique et l’héritage de personne. Koulibaly l’a créé et en fut le premier président. Aujourd’hui Monique GBAKIA dirige le parti depuis Mars 2018. Voilà le regard du politique que je suis. La méthode et les recettes pour qu’ensemble nous redressions ce pays sont à notre disposition : choisissons Mamadou KOULIBALY.

Ne craignez-vous pas le pire comme certains observateurs ?

B.T : Ecoutez ! Si à la vielle de chaque élection (présidentielle, législative, départementale, municipale, etc.) on doit craindre le pire c’est qu’il y a vraiment problème. Les partis politiques d’oppositions sont menacés, intimidés, emprisonnés, infiltrés, divisés et déstabilisés judiciairement, c’est que le mal est profond. A ce stade de notre engagement, nous craignons plutôt pour ceux qui sont au pouvoir actuellement.  Il faut qu’ils comprennent que cette matrice anti-démocratique de faire la politique et caduque. Il faut ouvrir le débat des idées et éviter de tomber dans les pratiques qui n’honorent pas le pays. Le rdr n’a plus de chance de conserver ce  pouvoir. Il faut qu’il le comprenne. Installer le chaos ne sera pas la solution.

Il est souvent reproché à LIDER et à son candidat le professeur Mamadou Koulibaly d’être un peu distant des autres formations politiques de l’opposition. Qu’en dites-vous ?

B.T : si c’est un peu distant, c’est déjà bon car il faut éviter de se fondre ou d’être confondu à l’autre ! (rire). A dire vraie, l’histoire récente de ce pays devrait nous enseigner sur les alliances politiques et comment les conclure car les Ivoiriens doivent être au cœur de tout. Voici le socle de notre matrice à LIDER. Toute alliance qui n’a pas pour fondement le peuple verra difficilement la présence de notre parti. Le reste n’est qu’une question de timming et  ne dit-on pas que l’union fait la force ? En ce moment en Italie et en France,  l’opposition, LIDER y compris et la société civile ivoirienne de la diaspora organise des SIT-IN. En Allemagne et dans les autres pays, nous allons suivre le mouvement dans l’intérêt des Ivoiriens.

Le président Ouattara promet que le rhdp passera au 1er tour en Octobre 2020. Qu’en pensez-vous ?

B.T : tout ce que nous lui demandons depuis des années qu’il est au pouvoir et parle d’élections, c’est une commission électorale indépendante (CEI). La confection et la délivrance des pièces d’identité des ivoiriens, l’enrôlement des ivoiriens et surtout des nouveaux majeurs sur les listes électorales. La révision de celle-ci. La mise en place des institutions crédibles pour accompagner ce processus. Si ces conditions sont remplis, il peut se prononcer car c’est vraiment honteux de voir une compétition où, les organisateurs, les arbitres centraux comme de touches, les ramasseurs de balles dirent qu’ils vont gagner alors que tout le monde connait déjà le mode opératoire de l’issu du match. Le rdr n’aime pas la démocratie encore moins le débat. Comment une élection aussi importante que celle-là peut avoir qu’un seul tour ? Est-ce la manifestation d’une obsession à la tricherie où une ignorance des réalités et des enjeux électoraux actuels ? C’est de bonne guerre mais que cela se limite sa volonté de faire le buzz. Toute autre tentative lugubre et démoniaque serra stoppée par le peuple souverain de Côte d’Ivoire. Avec Ouattara, il faut être très méfiant,  car il peut vous faire douter même d’un bulletin météo.

Votre mot de fin ?

B.T : féliciter les Ivoiriens pour leur mobilisation silencieuse au parti LIDER. Leurs contributions physiques et financières pour la victoire finale en Octobre 2020. Je lance un appel à tous ceux qui n’ont pas encore les documents qu’il faut pour établir la CNI de se procurer ceux-ci et de tout faire pour obtenir sa CNI et ensuite sa carte d’électeur. Mieux vaut faire se sacrifice maintenant pour changer les choses que d’être le mouton de sacrifice d’un dictateur pendent cinq autres longues années. Ce que vous perdez maintenant en établissant vos documents est certes important, mais cela ne représente rien devant ce que vous perdrais si rien n’est fait. Aucun sacrifice n’est grand pour son bien-être. Si nous voulons un pays démocratique une liberté de pensée et d’expression, un pays avec une justice pour tous sans distinction aucune, un pays où les ivoiriens sont propriétaires avec des titres fonciers en main, un pays où les gouvernants rendent comptes et respectent  le peuple, un pays où la quiétude et le vivre ensemble est une réalité, un pays qui fait circuler l’argent dans les poches des citoyens et non dans celles des prédateurs économiques et des hommes d’affaires véreux, un pays qui n’est plus esclave malgré son abondante richesse ; il faut choisir Mamadou Koulibaly.

 

Interview réalisée par Parfait ZIO