Des populations du quartier hôtel de ville I de la commune de Port-Bouët ont organisé un sit-in devant la mairie ce mercredi matin pour dénoncer la reconstruction d’un maquis dans leur quartier.

Selon le porte-parole des manifestants, les riverains de l’îlot Hôtel de ville I trouvent inadmissible qu’un permis de construire soit octroyé à un seul individu après la destruction de plusieurs magasins et commerces.
« La mairie a rasé nos magasins, nos commerces, même le maquis le charbon et nous avons accepté malgré les nombreux préjudices parce que cette décision émanait d’une autorité. Ce que nous ne pouvons pas accepter est le fait qu’il autorise la reconstruction de ce maquis sur ce même site simplement parce que la propriétaire a des connexions à la mairie », a indiqué le porte-parole des populations Bérété Mamadou.

Il explique que malgré des pétitions, un courrier et le plan d’un projet de l’aménagement de l’espace vert sur ledit espace déposés à la mairie, celle-ci a autorisé la promotrice à construire.
A en croire les riverains, l’heure n’est plus à la négociation, ils réclament la destruction pure et simple de ce maquis.

« Nos enfants sont privés d’espace vert et ne savent plus où jouer. Nous voulons un cadre de vie sain pour eux et nous et les parents qui sont à la retraites dans le quartier », a expliqué M. Bérété.
Le 3 décembre 2020, les riverains du quartier hôtel de ville I avaient investi massivement l’espace dédié à la reconstruction du maquis « le charbon » pour empêcher les ouvriers de débuter les travaux. Ils avaient à cet effet fustigé l’attitude des autorités municipales, qui ont balayé du revers de la main leurs multiples plaintes.
Les populations par la voix de leur porte-parole estiment donc que l’attitude de la mairie frise le « manque de considération et l’injustice.

De leur côté, les autorités municipales ont promis une rencontre avec les plaignants et le maire dans les prochaines heures. Nous y reviendrons.

M.Y