Tristesse et amertume se lisent sur les visages. Vieux, femmes et enfants, tous se précipitent à sauver au moins quelques bagages de la maison.

Toute la population du quartier aéroport à Adjouffou est dehors.  »Demain ils viendront nous chasser de nos domiciles », c’est la nouvelle sur toutes les lèvres.

C’est la débandade et la désolation totale. Les concessions se vident peu à peu.

Les ruelles sont bondées de monde. Ce mardi 14 janvier l’ambiance dans cette cité a totalement changé et à laissé place aux lamentations.

C’est une journée de déménagement obligé. Olivier K. Et ses quatre frères tous élèves sont désemparés.  » Nous irons plus au cours. Avec cette situation notre destination sera directement le village. Les parents n’ont aucune autre solution que de recourir à la destination village. L’école même que nous fréquentons se trouve dans la même zone à déguerpir. Qu’allons nous devenir? », s’interroge-t-il larmes aux yeux.

Assis en bordure de route près de leurs bagages, dame Traoré M. Affiche son indignation face à la décision des autorités prises.  »Nous n’avons qu’était informé dans la journée du lundi 13 janvier de la destruction de notre quartier. Et on nous donne 48h pour quitter nos maisons. Où allons nous partir en 48h? Les autorités n’ont pas pitié de nous. C’est vraiment injuste ».

Les églises et mosquées dans le quartier s’apprêtent tous à vider leur lieux de cultes. Il est 13h, les quelques fidèles viennent faire leur dernières prières dans la mosquée.

Les chrétiens eux espèrent toujours à un revirement de situation en leur faveur.

Selon les informations des riverains, toutes les maisons installées aux alentours de l’aéroport seront totalement rasées. A les en croire, les autorités municipales ont tenues une rencontre avec la population au foyer des jeunes de la cité pour leur donner officiellement l’information.

Pour l’instant chacun se presse à vider sa maison avant le vrombissement des machines le mercredi matin 4h du matin. Heure du deguerpissement. En attendant place à l’angoisse et à la prière pour une trouver un toi où rester avec la petite famille.

Parfait ZIO