Après le rejet de sa candidature, Alikari Méïté multiplie les sorties pour interpeller l’opinion nationale et internationale face aux dangers qui menacent la stabilité de la Côte d’Ivoire. Le porte-parole du candidat indépendant, M. Kapet Saré Patrick a soutenu que son candidat et l’opposition sont en phase.

 »Nous avons échangé en début de semaine avec le secrétaire général en chef du PDCI, le professeur Maurice Kakou Guikahué. Nous sommes en phase avec l’opposition car nos exigences sont communes à savoir l’organisation d’une élection inclusive, crédible et transparente qui prend en compte les recommandations de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples.

Pour matérialiser notre engagement, nous participerons au meeting de l’opposition ce samedi au stade Félix-Houphouët Boigny », a déclare Kapet Serge.

À en croire le collaborateur d’Alikari Méité, le ballet incessant des missions diplomatiques à Abidjan prouve que la situation est inquiétante.  »Pour nous, la déclaration finale de la mission conjointe de la CEDEAO, l’UA et l’ONU est juste une déclaration emprunte de diplomatie pour éviter de jeter de l’huile sur le feu. Car il est clair que la situation inquiète la communauté internationale.
Malgré la volonté d’Alassane Ouattara d’organiser le scrutin présidentiel, nous nous voulons constant, il ne doit pas y avoir d’élection dans les conditions actuelles car les ingrédients d’une autre crise meurtrière sont réunies a l’étape actuelle du processus électoral. C’est pourquoi nous adhérons au mot d’ordre de désobéissance civile lancé par l’opposition ivoirienne pour obtenir le report du scrutin présidentiel. Mais nous sommes pour une désobéissance sans violence car nous pensons qu’il y’a déjà trop de morts », s’est voulu clair Kapet Serge.

Avant d’ajouter:  »Notre Candidat l’a déjà signifié, aller aux élections présidentielles dans les conditions actuelles, c’est foncer droit dans une crise électorale comme en 2010. Surtout que le pouvoir refuse de céder le fauteuil à la nouvelle génération contrairement à ce que Alassane Ouattara avait affirmé. Pour nous, il est clair que le régime s’est lancé dans une confiscation du pouvoir et nous sommes contre cette attitude », a affirmé le porte-parole du candidat indépendant Alikari Méïté.

Outre la mobilisation sur le terrain, l’homme de main d’Alikari Méïté a révélé que son camp a saisi la justice pour exiger la validation de la candidature de leur champion.  »Notre candidat a réuni tous ces dossiers mais malheureusement le jeu trouble de la CEI et du Conseil constitutionnel nous ont desservi. Depuis le rejet injuste de notre candidature, nous avons engagé des procédures judiciaires pour réclamer des élections inclusives et transparentes. Dans une adresse à la nation, notre leader a dénoncé les agissements du pouvoir tout en rassurant les ivoiriens quand à sa ferme volonté de se tenir à leur côté dans ce combat pour la restauration de la démocratie et de l’état de droit », a soutenu Kapet Patrick.

Avant de conclure:  » La candidature de M. Alikarie Méîté dérange certains car ils sont conscients que notre leader est un jeune avec une vision nouvelle de la Côte d’Ivoire. En plus, c’est un modèle de réussite car il a gravi les échelons pour se hisser au plus haut niveau à l’international dans sa carrière professionnelle. L’emploie de la jeunesse à une place importante dans son programme de société car l’homme est un érudit des questions d’entrepreneuriat. Surtout, Alikari Méîté est l’homme providentiel que les ivoiriens attendent pour la réconciliation. Originaire du nord du pays, Alikari Méïté a passe son enfance au sud de la Côte d’Ivoire (Grand-Lahou). Sa vie a été bercée par ce brassage culturelle ivoirien.
Enfin, Alikari Méîté est le candidat de la rupture pour une Côte d’Ivoire nouvelle, réconcilie avec elle même et prospère », a affirmé le porte-parole du candidat indépendant.

 

Parfait ZIO avec sercom