Benjamin Téhé, représentant Lider en Allemagne et Autriche a voulu se prononcer sur l’actualité politique ivoirienne. A quelques mois des élections présidentielles le collaborateur de Mamadou Koulibaly prend position dans cet entretien.

 

 

Comment appréciez-vous l’opération d’enrôlement dans son ensemble?

Benjamin TEHE: Je voudrais avant tout propos dire yako aux parents des victimes  des différentes attaques contre nos forces de l’ordre et aussi ceux des inondations qui ont eu lieu partout sur l’étendu du territoire. Fasse Dieu que la quiétude revienne au sein de nos populations. Revenant à votre préoccupation, je réaffirme ici mon désaccord total avec les pratiques mafieuses de ces apôtres du rdr  qui gère la CEI actuellement. Nous ne cessons de rappeler que cette CEI est illégitime, illégale et conflictuelle. Tout le processus est un fiasco total.  La CEI ne pose aucune action concrète pour garantir des élections crédibles, démocratiques, transparentes et ouvert uniquement qu’aux Ivoiriens.

Est-ce à dire que la prorogation actuelle n’a rien résolut?  

B.T: Voyez-vous ? Nous sommes dans une situation exceptionnelle. La présence de la pandémie du coronavirus requière beaucoup de discipline et de précaution. Pourquoi cette CEI ignore-t-elle cela ? Pourquoi le chef de l’état ignore t-il cela ? Pourquoi les décisions sont prises comme si nous étions déjà à  l’abri du danger ?  Pour qui travail le CEI ? Le peuple ou le chef de l’état ? Depuis le tripatouillage  ressent de la constitution en passant par le code électorale ; jusqu’à ce jour, il y a eu trop de déviations juridiques à tel enseigne qu’on se croirait dans une société fictive, alors que nous sommes bel et bien dans la réalité. Dans la diaspora et particulièrement en Allemagne,  c’est déplorable de voir des Ivoiriens se faire enrôler à domicile et plusieurs autres citoyens  faire le pied de grue  des jours et ne pas figurer sur la liste électorale.  Et même quand on parle de prorogation,  l’ambassadeur Mangou Philippe trouve le moyen de d’annuler deux lieux d’enrôlement  sur trois  qui existaient, anéantissant ainsi les chances de tout ces Ivoiriens qui voulaient s’inscrire sur la liste. Tout est concentré à Berlin comme si tous les ivoiriens devraient y déménager.

Insinuez-vous que le processus sera un échec ?

B.T: pourquoi mettre cela au futur ? Le processus est un échec et il faut être politiquement aveugle ou  borgne pour ne pas le percevoir. Même le rdr au pouvoir le sait. Le pouvoir en place le sait très bien. Tous les ingrédients d’une crise sont déjà réunis, et c’est bien triste de la dire ainsi. Pourquoi imposer se supplice aux Ivoiriens après tant d’années de traumatisme ? Seule le rdr peut y répondre. Pour notre part, nous travaillons à la décrispation en interpellant le pourvoir en place enfin de se ressaisir.

Que proposez-vous concrètement ?

B.T : dans l’immédiat, il faut ; proroger le date de l’enrôlement jusqu’au 19 Juillet 2020  afin de permettre à tous, nouveaux majeurs y compris de figurer sur la liste. Changer cette CEI en la confiant à des personnes neutre politiquement ou confier la présidence à l’opposition comme en 2010. Changer le conseil constitutionnel et surtout son président  qui n’est que l’ami du président de la république. Ouattara l’a reproché au président GBAGBO et je ne comprends pas pourquoi lui le grand démocrate le fait. Et dire que l’actuel président du conseil constitutionnel était ministre, représentant la rébellion au sein du gouvernement sous l’ancien pouvoir !

Enfin,  faciliter l’acquisition des laissez-passer à l’opposition afin d’aller sensibiliser nos parents dans les villes de l’intérieur tout comme le fait le rdr.

Qu’en est-il du cas karamoko ?

B.T : (Rire !) Ecoutez ! C’est un non évènement à LIDER car la présidente MONIQUE GBAKIA est très bien à la barre et conduit le navire LIDER  à bon port pour la victoire de notre candidat. Il y a un adage de chez nous qui dit «  qu’on ne jette la pierre qu’à un arbre qui porte des fruit ». C’est le signe que LIDER est dans la cour des grands mais pèse très lourd dans la balance. Dès lors, vous comprenez aisément la fébrilité du régime moribond du rdr contrairement à la sérénité qui prévaut en notre sein. Je comprends parfois les inquiétudes des Ivoiriens car ils ont observé ces pratiques avec les partis comme le FPI, le MFA, le PIT, le PDCI etc. Mais c’est toujours le même mode opératoire. Nous y sommes préparés et rien ne pourrait empêcher notre candidat le professeur MAMADOU Koulibaly de remporter les élections prochaines. Tant que vous vous battez pour le peuple, pour sa souveraineté, sa prospérité et son épanouissement, son Independence monétaire, son éducation, la moralisation de son environnement politique, son développement endogène et son intégration  sans complexe dans le concert des nations, rien ne peut vous perturber car c’est l’aspiration profonde des Ivoiriens. Le pouvoir démocratique n’est pas un héritage familial, raison pour laquelle nous nous battons pour faire en sorte que ce soit le peuple qui décide de qui doit conduire sa destinée. Célébrons donc la démocratie en redonnant au peuple sa place. Voici le combat du candidat de LIDER.

Votre mot de fin ?

B.T : nous exhortons les nouveaux majeurs, les femmes, les hommes, les personnes du troisième âge, à aller se faire enrôler. L’avenir de la nation en dépend. Le candidat Mamadou Koulibaly est plus que jamais déterminé à construire dans le bonheur, la cohésion, le respect, la justice, la rigueur et la dignité ce pays.

Réalisé par Parfait ZIO