Dans une déclaration faite sur sa page facebook, Stéphane Kipré, président de l’Union des nouvelles générations (Ung) appelle à un report du processus d’enrôlement.

Chers(es) amis(es)

 

Depuis quelques jours maintenant, la Commission Électorale Indépendante (CEI) a lancé le processus d’enrôlement en vue des élections à venir dans notre pays. Cependant, le constat qui saute rapidement aux yeux est que l’impréparation a entrainé de nombreux dysfonctionnements. Dans plusieurs centres, les tablettes sont en nombre insuffisant et fonctionnent difficilement limitant le nombre de personnes qu’il est possible d’enrôler quotidiennement.

A ces difficultés logistiques, il faut ajouter certaines qui sont d’ordre administratifs.
A l’étranger le nombre réduit de centres et la problématique de la délivrance des cartes consulaires handicapent beaucoup de nos concitoyens et appellent des décisions urgentes et pragmatiques.
En Côte d’Ivoire, alors que le coût de l’établissement des certificats de nationalité afin de s’enrôler avait été fixé à 500Fcfa par le gouvernement, cette consigne n’est pas respectée dans plusieurs villes entrainant des désagréments énormes pour les populations. D’ailleurs, les premiers pétitionnaires n’ont toujours pas reçu leur carte d’identité nationale (CNI).

En outre, c’est surprenant qu’en 2015, alors que la présidentielle présentait très peu d’enjeux compte tenu du boycott de l’opposition le gouvernement avait consacré 45 jours à l’enrôlement pour recevoir en définitif 300 mille personnes et qu’en 2020 les ivoiriens doivent se précipiter en deux semaines pour accomplir toutes les formalités.
En tout état de cause, il convient d’acter qu’un report de la date limite pour l’enrôlement s’impose. Je propose, afin de permettre au maximum d’ivoiriens de participer au processus électoral que la fin de l’opération soit repoussée jusqu’au 31 juillet 2020.

La CEI pourra s’appuyer sur l’expérience des premières semaines pour corriger les imperfections constatées et les populations dont les déplacements en Côte d’Ivoire sont fortement impactés par les mesures prises pour lutter contre la covid-19 auront suffisamment de temps pour s’approprier le processus et se procurer les documents afférents.

L’objectif doit être non pas la précipitation mais la participation du plus grand nombre d’ivoiriens au choix de leurs futurs dirigeants.

PSK