L’ex-Président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro a démenti les accusations relatives à un projet de déstabilisation du régime actuel en collaboration avec des groupes djihadistes et a annoncé des poursuites judiciaires à l’encontre du journal qui a publié cette information.
Dans sa parution de ce jour, le quotidien proche du pouvoir « Le Patriote » a accusé M. Soro de vouloir semer le chaos dans le pays et empêcher la tenue des élections présidentielles prévues en octobre 2020. Pour exécuter son projet, il aurait donc sollicité les services d’un Mauritanien Moustapha Ould Limam Chafi, connu pour ses affinités avec les groupes terroristes qui sévissent dans le nord du Mali, au Burkina Faso et dans le désert du Sahara. Ce dernier est présenté comme étant un ami de M Soro, selon l’article de presse.
« Ces accusations d’une extrême gravité, qui ne sont étayées par aucun début de preuve, ne sauraient rester sans une réponse appropriée. Les conseils de M. Soro ont été mandatés, ce jour, pour saisir la justice afin que le journaliste auteur de l’article et le directeur de publication, produisent devant le juge, les éléments de preuve à l’appui de leurs affirmations », indiquent la note.

MYNA