Les activités ont repris timidement ce lundi matin dans la capitale économique Abidjan, après le scrutin présidentiel émaillé de violences dans plusieurs localités de la Côte d’Ivoire.
Dans les communes de Marcory et Koumassi les rues était quasiment désertes jusqu’à 8 heures.
Même au plateau, le quartier des affaires, qui grouille de monde habituellement, seules quelques voitures étaient visibles.
Dans la banlieue de Bingerville à la périphérie Est d’Abidjan, d’où les populations peinent à sortir à cause des bouchons, les artères étaient également presque vide, permettant à quelques usagers de circuler librement.
Bon nombre de personnes ont préféré jouer la carte de la prudence en restant chez elles, marquées par des violences qui ont entrainé malheureusement des pertes en vies humaines.
Dimanche, au moins 4 personnes ont perdu la vie à Toumodi après l’attaque d’un village. A Yamoussoukro, un militaire a succombé à une blessure par balle après l’attaque d’un convoi du Ministère du budget par des manifestants.

MYNA