Les autorités ivoiriennes désapprouvent les conclusions d’une enquête de l’Institut de recherche NORC de l’Université de Chicago (USA) sur le travail des enfants dans les zones de production de cacao en Côte d’Ivoire.

« Le projet de rapport de la NORC note ces domaines de réussite, notamment la forte baisse du nombre moyen d’heures travaillées par les enfants dans la production de cacao et la forte augmentation de la fréquentation scolaire des enfants des ménages agricoles dans les zones de culture du cacao. Néanmoins, nous avons des préoccupations importantes concernant les aspects fondamentaux du rapport en raison de lacunes largement reconnues avec certaines des méthodes utilisées dans l’enquête Tulane 2013/14. Ces défauts, qui comprennent l’échantillonnage et l’extrapolation et les problèmes liés à la période de référence pour la collecte de données, rendent impossibles les comparaisons précises entre certaines données clés entre l’enquête NORC et celles menées par l’Université Tulane et entraîneraient probablement des conclusions trompeuses à tirer de l’enquête NORC », indique le communiqué signé du CNS et de la Première Dame Dominique Ouattara.

« Malgré la reconnaissance de ces erreurs méthodologiques (voir le résumé du rapport de la NORC 2018/19) et de leurs impacts potentiels sur la crédibilité des conclusions de l’enquête 2018/19, la NORC et l’USDOL n’ont jusqu’à présent pas souhaité apporter les modifications nécessaires, citant contraintes de comparaison des données », précise le communiqué.

La date de publication de ce rapport de ces enquêtes financées par le Département du travail des États-Unis (USDOL) dans le cadre de la mise en œuvre du protocole Harkin-Engel, est prévue le 29 juin prochain.

MYNA