Juan Guaido, évincé de son poste de président du Parlement fin mars, est repassé à l’offensive tôt ce mardi matin, lançant la phase finale de l’opération « Liberté » et appelant les Vénézuéliens et l’armée à « mettre fin à l’usurpation » aux côtés de Leopoldo López, autre dirigeant de l’opposition, sur une base miltaire dans le centre de Caracas. Le gouvernement dénonce une tentative de coup d’État et les soutiens du président Maduro appellent à un rassemblement autour du palais présidentiel.

Tous les regards sont tournés à la fois vers la base militaire de La Carlota où le président Juan Guaido a appelé ses partisans à le soutenir et vers le palais présidentiel de Miraflores où doivent se rassembler les partisans du président Maduro. Des coups de feu ont été entendus près de la base militaire, rapportent les agences de presse.

Le ministre de la Communication, Jorge Rodriguez, a confirmé sur son compte Twitter et dans un communiqué qu’une opération était en cours pour neutraliser un groupe de militaires « traîtres ». « Nous appelons le peuple à rester en état d’alerte maximum pour, aux côtés des glorieuses forces armées bolivariennes, déjouer la tentative de coup d’État et préserver la paix ».

Le président de l’Assemblée constituante Diosdado Cabello, un proche de Nicolas Maduro, appelle quant à lui les Vénézuéliens à manifester leur soutien au chef de l’Etat en se rassemblant près du palais présidentiel.

On ne sait pas pour l’instant si cette rébellion du groupe de militaires qui accompagne Guaido est généralisée. Si certains militaires ont été vus avec bandeaux bleus, près de la base militaire de la Carlota, en soutien à l’opposant, le ministre de l’Armée, Vladimir Padrino, a réaffirmé son soutien à Nicolas Maduro. ce dernier a par ailleurs assuré sur Twitter avoir « l’entière loyauté » des chefs de l’armée.

Source: Rfi